Chasselas de Moissac : une très belle récolte attendue pour cet automne

Ce 3 septembre marquait le lancement de la saison de la récolte du chasselas. Claude Gautier, le président du syndicat de défense du chasselas AOP, avait réuni chasselatiers, expéditeurs et professionnels du secteur pour faire le point sur la récolte 2020 qui s’annonce bonne et de belle qualité.

Depuis le 20 août, le Chasselas de Moissac AOP est à déguster ! L’année 2020 s’annonce excellente pour l’ensemble de l’appellation. Un hiver peu froid, un beau printemps et un été chaud ont favorisé un démarrage précoce de la récolte avec plus d’une dizaine de jours d’avance.

La question de la rémunération des producteurs de chasselas était au cœur des préoccupations. Le chasselas de Moissac est un produit d’exception et de grande qualité, il est ramassé à la main sans mécanisation, ce qui représente un coût de production important. C’est ce qui explique son prix de vente (5 à 6€/kg) supérieur aux prix des raisins concurrents et notamment le raisin italien (vendu à 1 ou 2€/kg), phénomène qui n’est pas toujours compris par les consommateurs…

53 producteurs engagés dans la démarche « Haute Valeur Environnementale « 

Cette démarche a pour but d’améliorer la renommée de l’appellation. Délivrée pour 3 ans, cette certification individuelle reconnait les bonnes pratiques des chasselatiers.  Les producteurs s’engagent à préserver la biodiversité (insectes, arbres, haies, bandes enherbées, fleurs…), avoir une vraie stratégie phytosanitaire (fréquence de traitement, utilisation de méthodes alternatives à la lutte chimique…), gérer la fertilisation (quantité d’azote apportée, couverture des sols…) et la ressource en eau (économie d’eau, utilisation d’outils d’aide à la décision…).

La génodique : en attente de comptage

Depuis juin 2019, le Chasselas de Moissac AOP expérimente sur 40 hectares, le traitement des maladies de la vigne par la musique (la génodique) devenant ainsi le 1er raisin de table à tester cette nouvelle technique qui permet de stimuler les défenses naturelles de la vigne. A ce jour, il est encore trop tôt pour tirer des conclusions, le Syndicat s’étant engagé sur 3 ans. Néanmoins, si le ressenti sur la première année était plutôt positif, on note une certaine déception à cette heure par rapport aux résultats obtenus, résultats que les chasselatiers évaluent visuellement. Dès que la récolte sera terminée, un comptage dans les vignes sera effectué permettant ainsi une meilleure évaluation.

Une barquette eco-responsable

Le syndicat a décidé de mettre en avant ses barquettes recyclables et conçues à 85% à partir de matière plastique recyclée. Le Syndicat montre ainsi  très simplement l’engagement écoresponsable de l’ensemble des chasselatiers.

 

Le Chasselas de Moissac AOP en chiffres :

222 exploitations sur 443 hectares, dont 15 en bio et 53 en Haute Valeur Environnementale
1 hectare demande environ 1200heures de travail /an
Taille des exploitations : de 1 à 8 hectares
De 3 à 4000 tonnes produites sous AOP en moyenne/an
80% de la production écoulée en grandes et moyennes surfaces, 20% distribué en circuit traditionnel

Rendez-vous est pris pour l’automne 2021 : une grande fête du chasselas sera organisée pour marquer les 50 ans de l’appellation obtenue en 1971.

 

Pour en savoir plus :  www.chasselas-de-moissac.com et découvrez des recettes pour cuisiner simplement le chasselas…

–> jusqu’au 30 septembre :  300 000 barquettes de Chasselas de Moissac AOP seront recouvertes de l’étiquette du jeu “le grain surprise”. En grattant la grappe de raisin, tentez de gagner des cadeaux ! Pour jouer : chasselas-de-moissac.com et sur Facebook : https://www.facebook.com/ChasselasdeMoissacAOP

 

Autour de  Claude Gautier, président du syndicat de défense du chasselas AOP, les  représentants et professionnels du secteur ont participé à ce temps fort de la rentrée moissagaise : Joël Boyer, Sylvie Ayet, présidente de l’Areefel- Association régionale des expéditeurs et exportateurs de fruits et légumes, Julien Custody chasselatier à Cazes-Mondenard, Sophie Denis représentant la DDT, Véronique Fontanel représentant locale Véronique Fontanel, la présidente locale du label Sites Remarquables du Goût, Régine Pax animatrice au syndicat du chasselas, Guy Lourmède, adjoint à l’agriculture et aux quartiers ruraux, représentant Romain Lopez le maire de Moissac, Maryse Baulu, conseillère générale et représentant le président du département, Françoise Roques de l’Union Coopérative Agricole Quercy Soleil, Maxime Gil de Cancel Fruits et Michel Chataigneau, directeur d’Intermarché étaient présents.